Présentation

Cher lecteur de ces lignes,

L’origine de la Maison Oberlin et sa construction par une jeunesse indépendante ont à leur base une volonté ferme de prise de responsabilité et d’apprentissage du travail en commun.

Il a fallu vingt ans pour que des jeunes du monde entier aient la possibilité d’être accueillis dans le nouveau bâtiment. Et depuis ce sont des groupes de plus en plus nombreux qui viennent y passer une semaine ou davantage, et contribuer éventuellement à l’avancement des travaux.

Le contact avec la nature est un des éléments marquant et précieux de la vie à la Maison Oberlin : ainsi, lorsqu’on veut prendre une douche, il ne suffit pas d’ouvrir simplement le robinet d’eau chaude, il faut allumer un feu de bois sous le chauffe-bain si le soleil n‘a pas été assez fort pour le chauffe eau solaire … De même on ne peut pas se permettre de laisser les lampes allumées toute une nuit, si l’on ne veut pas vider les batteries solaires. Quant aux eaux usées, elles sont épurées par une station d‘épuration à lits de plantes macrophytes. Tout cela exige un minimum de conscience et de sens de l’organisation au sein d’une vie commune.

A présent, quarante ans après le début des travaux, qui se poursuivent surtout aux abords de la maison, le Centre culturel tend à développer de plus en plus ses possibilités d’offrir aux jeunes de toute provenance un champ d’expériences multiples et d’échanges internationaux.

Nous espérons, de ce fait, retenir votre attention, et nous vous invitons cordialement à venir à la Maison Oberlin.

Cordialement,

Le Conseil d’Administration de la Maison Oberlin

Possibilités concrètes dans la maison et les environs

  • Les locaux sont suffisants pour : des cours, des exercices artistiques ou travaux manuels le théâtre, des répétitions de choeurs ou d’orchestres ; pour l’eurythmie, la danse ou des groupes d’étude et des offices.
  • Les environs et le paysage de montagne offrent des possibilités favorables pour les travaux d‘arpentage, le bûcheronnage (parcelle de forêt propriété de la maison), ou l‘étude géologique.
  • Autour de la maison : travaux de terrassement, de maçonnerie, de traçage de chemins, de constitution d’un jardinet de plantes aromatiques etc. Ces travaux se font en accord avec le permanent..
  • La maison est située à une altitude de 960 m, dans un site protégé en Alsace. Les possibilités de promenades sont innombrables. En hiver il y a des pistes de ski de fond (50km) et de descente...
  • Dans la région l’on trouve une série de musées intéressants pour les cours d’histoire : le Musée des Tranchées, au « Linge » (histoire de la 1ère Guerre Mondiale), le Musée et la maison natale d’Albert Schweitzer, le Musée Oberlin dans le presbytère de Waldersbach, le Musée Unterlinden à Colmar (avec le Retable de Mathias Grünewald). Ensuite le Haut Koenigsbourg, les aigles et oiseaux de proie présentés en plein air, la serre aux papillons, l’Eco-Musée. Finalement un lieu d’excursion un peu particulier : les anciennes mines d’argent à Sainte Marie-aux-Mines, où l’on peut pénétrer dans les galeries datant du 16ème siècle et y percevoir les techniques d’exploitation de l’époque (les survêtements, casques et lampes sont mis à disposition).

On peut dire que la Maison Oberlin est l’oeuvre de plusieurs générations de jeunes, dont les idéaux et les intentions se reflètent dans la conception et dans l’atmosphère de l’ensemble. La manière de vivre avec les éléments, la conscience et la responsabilité à l’égard des réalités quotidiennes comme l’eau, le feu, l’énergie, la rencontre des autres et du monde, en témoignent.

Venir ici, ce n’est pas seulement louer une maison, c’est saisir l’occasion d’une rencontre et contribuer librement au développement de ce lieu. C’est ainsi que la Maison Oberlin ne cesse de naître.

Le fait que 30 000 jeunes soldats ont sacrifié leur vie dans cette région, durant la guerre 1914-18, a certainement une part dans le rayonnement et dans l’ouverture propre à ce lieu. Cette ouverture peut se résumer par la question : Quel est l’avenir qui se prépare et comment peut-on en devenir des acteurs ?

L’histoire d’une maison peu ordinaire dans les Vosges

Au début des années 1960, quelques prêtres de la Communauté des Chrétiens cherchaient le moyen de poursuivre les camps de jeunes pour lesquels ils n’avaient plus de lieu. Après bien des recherches, un parent colmarien proposa un terrain situé entre le Lac Noir et le Col du Wettstein. L’idée de construire là une maison avec des forces jeunes et pour des jeunes déclencha une vague d’enthousiasme, tant en Alsace qu’en Suisse, en Hollande et en Allemagne. Rudolf Steiner avait, en son temps, préconisé la collaboration des professeurs, des prêtres et des médecins, et cette impulsion, liée à l’idée enthousiasmante de porter ensemble la responsabilité et l’administration d’une telle entreprise, donna le départ du travail.

Et la maison a pris forme lentement, au prix d’un effort dur et persévérant, par lequel les esprits, les coeurs et les mains s’unirent pour offrir aux jeunes de l’avenir un lieu de rencontres internationales.

Plusieurs associations de soutien furent créées, et durant les périodes d’été, logés dans les baraquements de récupération, les jeunes se retrouvaient pour des chantiers de construction. Au fil des années, des centaines de jeunes se sont retrouvés ainsi, en pleine nature, jusqu’à ce grand moment où, en 1975, la charpente du toit fut achevée. La maison reçut le nom de Jean Frédéric Oberlin, ce pasteur qui, deux siècles plus tôt, avait été le porteur d’impulsions semblables dans une vallée des Vosges. Dès lors, certaines écoles Waldorf ont participé, par périodes, à l’aménagement intérieur des chambres.

Une conscience écologique naissante chez les jeunes eut pour conséquence le refus, pour l’édification du bâtiment, de solutions conventionnelles. Ainsi c‘est du bois qui fut choisi pour la construction et du liège pour l’isolation calorifique ; le chauffage se fait par une chaudière à bois centrale, l’électricité (pas de raccordement E.D.F.) provient du soleil et d’un générateur à gaz mis au point par un institut de Freiburg. Des sources furent captées pour l’eau potable. Les eaux usées sont épurées par une station d‘épuration sur lits plantés de macrophytes.

En 1985, la maison put être réceptionnée et mise au service de sa destination. La garde de l’ensemble est confiée à un responsable permanent qui habite sur place ; les camps de construction ont fait place à des rencontres internationales de jeunes qui poursuivent l’aménagement de la maison ; des classes viennent s’y mettre au vert et y faire, entre autres, des périodes d‘arpentage, de bûcheronnage, de théâtre. Des orchestres viennent y répéter, des séminaires y ont lieu, des groupes de confirmands de la Communauté des Chrétiens s’y retrouvent …